Le contrat

Un contrat de soumission détermine les droits et obligations d’un Maître et de sa soumise. Il manifeste explicitement une volonté d'engagement fort pour les deux parties et il constitue également un témoignage de leur consentement mutuel à entrer dans ce type de liaison, ce qui est fondamental pour vivre sereinement une relation dans laquelle l'une des partie peut faire appel à la coercition physique ou mentale, chaque fois qu'elle le juge opportun.
Il est la manifestation écrite de ce que les anglo-saxons nomment le "Power exchange", l'échange de pouvoir entre la soumise et son dominant. C'est à travers lui que la soumise remet explicitement le pouvoir à son Maître de décider pour elle, et le cadre dans lequel elle le fait.
C'est ce qui, au delà des mots et du formalisme qui peut y être attaché, donne toute sa valeur à ce document qui devient l'acte fondateur de leur relation BDSM.
Parfois rédigé en commun, plus souvent à l’initiative du Dom, il requiert toutefois l’entière adhésion de la soumise. Il définit, dans la perspective d’une relation durable, les objectifs, les limites, les règles, les sanctions, et les éventuelles clauses de rupture.
Sans valeur légale, il constitue cependant un document de référence qui pourra, au fil du temps, être modifié ou amendé, si le Maître le juge nécessaire.

G : 11 mars 2006 : Signature du contrat que j’ai passé avec mon Maître. Je profite donc de ce quatrième anniversaire pour le relire et y apporter quelques commentaires…

Article 1 : Les termes du contrat.

abandon

g… est remise ce jour le 11 mars 2006 par M …, Propriétaire incontesté, à son Maître avec pour objectif de mener g… vers une soumission exemplaire.
Le Maître s’engage à accomplir intégralement le dressage de la soumise, puis d’en assurer le suivi et de garantir le maintien de son rang de soumise en permanence.
Ce contrat peut être rompu exclusivement par le Propriétaire et le Maître de la soumise. g… ne pourra en aucun cas donner un avis sur les éventuelles négociations devant intervenir à son sujet entre son Propriétaire et son Maître.

G : J’aime l’idée que M, qui est mon mari soit appelé mon propriétaire. En effet, je suis à lui, et ce, depuis plus de 30 ans. Je prétends cependant n’appartenir à personne, en tout cas pas dans un esprit de possession au sens strict du terme. J’y vois plutôt une forme d’attachement indéfectible, une union évidente et impérissable. J’aime également l’idée qu’il soit associé à ce contrat, sans lui, rien n’aurait été possible. Le lien, qui unit désormais mon mari et mon Maître participe de beaucoup dans la réussite de ce contrat. Leur amitié, leur complicité est un élément majeur au bon fonctionnement de ma vie BDSM.

Article 2 : à propos de l’apparence de la soumise.

Dans le cadre de son dressage g… accepte de porter l’ensemble des signes extérieurs marquant sa mise en esclavage tel que colliers, fers, chaînes, tatouages, marques de toutes natures et seulement du fait de la volonté de ses Maîtres et avec l’accord explicite de son propriétaire. Ceux-ci pouvant être momentanément supprimés si l’apprentie soumise ne donne pas satisfaction à son Maître.
Le Maître s’engage à ne pas porter, d’autorité, atteinte à son intégrité physique, une disposition contraire pouvant toutefois être prise en parfait accord avec son Propriétaire à propos d’un perçage dont ils seraient au préalable convenus ensemble et si elle s’en montre digne.
La soumise accepte de porter tous les vêtements qui lui seront imposés par son Maître que ce soit en privé ou en public.
La soumise doit en permanence soigner son apparence afin d’être parfaitement apprêtée, sur les ordres de son Maître et selon ses choix. En toutes occasions la soumise devra s’exécuter pour le cas ou une modification lui serait ordonnée par son Maître dans sa tenue vestimentaire.
La soumise devra être intégralement épilée en permanence et présenter une hygiène parfaite, son Maître pourra procéder à tout examen intime pour contrôler le respect de ces prescriptions.

G : Le contrôle de l’aspect vestimentaire ou physique me parait essentiel dans une relation BDSM. Non parce qu’une soumise se doit d’être en permanence plaisante à regarder, mais bien parce que ce fonctionnement l’oblige à tenir compte journellement des envies de son Maître, et que, étant toujours apprêtée, elle se sent bien dans son corps de femme, ce qui a des effets positifs sur sa vie en général.

Article 3 : à propos des punitions.

La soumise accepte sans réserve ni limitation sa condition et reconnaît qu’elle devra respect, obéissance et soumission à son Maître.
La soumise déclare être parfaitement informée de ses obligations et accepte de subir les punitions telles qu’elles lui seront imposées par son Maître, ceci quelque soit la sévérité et la fréquence avec laquelle elles seront pratiquées.
Le Maître a le plein droit de juger de la sévérité, du moment, des conditions d’applications des punitions et corrections qu’il jugera nécessaire d’infliger à la soumise, dès lors qu’une faute sera commise.

G : Les punitions n’étant pas toujours physiques, j’ai pu en juger quelquefois, hélas…

Article 4 : à propos de sexualité

La condition de soumise de g… impose sa libre utilisation par son Maître. Il pourra en conséquence exercer son autorité sur la soumise en tous lieux et à tous moments.
g… se soumettra immédiatement aux ordres de son Maître en se laissant utiliser sexuellement comme il l’a décidé. De même il pourra lui ordonner de se soumettre à une ou plusieurs personnes extérieures pour les besoins de son dressage.
g… accepte d’être emmenée dans tous lieux choisis par son Dominant, sans limitation dans le temps. Elle accepte également d’être exhibée, montrée, présentée en tous lieux.
Ces deux dispositions pourront être réalisables dès lors qu’aucune atteinte ne pourra être portée à sa vie familiale, privée ou professionnelle.

G : La protection de la vie familiale et sociale est une condition sine qua none au bon fonctionnement d’un contrat BDSM.

humilité

Article 5 : à propos du comportement.

La soumise déclare être informée de son obligation de présenter une attitude contenue, réservée, calme, posée, en tous lieux et à tous moments.
Sa condition de soumise lui interdit tous mouvements d’humeur ou d’énervement.

G : Modestie et sagesse : vertus qu’il serait opportun d’appliquer en permanence, cet apprentissage ne peut qu’avoir des répercussions positives sur la vie quotidienne de la femme et de la soumise…

Article 6 : à propos des règles de vie

g… doit dès la signature du présent contrat s’engager à suivre scrupuleusement le classeur de validation qui lui aura été présenté, à connaître parfaitement les positions , ainsi que les règles de soumission qui y sont apposées et qui doivent constituer ses règles de vie à respecter au quotidien.

G : Le classeur, mémoire de notre histoire, a été remplacé peu ou prou par le site Liens Secrets, lequel est régulièrement mise à jour par mes soins, sous le regard vigilant de mon Maître, et avec sa participation éventuelle. Il contenait cependant des règles dont certaines ont été abandonnées ou modifiées, l’expérience montrant qu’elles étaient difficilement applicables dans le temps. Les relations évoluent en général lorsqu’elles durent, la nôtre ne fait pas exception. Cependant, si la forme se modifie, le fond reste le même, et si les positions ne sont plus appliquées de façon systématique, l’esprit, lui, n’a pas changé et les règles actuelles, plus souples à gérer, font désormais parti de mon quotidien. Quelques décisions que prenne mon Maître, elle sont maintenant discutées ensemble afin de pouvoir jauger du « possible » et du « réalisable » à long terme, afin qu’elles puissent être appliquées selon sa volonté. Il reste bien sûr seul arbitre et détermine en dernier ressort la manière dont ces règles seront exécutées.

Article 7 : à propos des informations échangées.

La soumise s’engage à ne jamais mentir à son Maître.De même elle ne conservera aucun secret à leur égard. Son Maître s’engage à observer une parfaite discrétion sur les révélations qui lui seraient faites.
g… accepte par le présent contrat d’être photographiée, filmée dans les situations qui relèvent de sa mise en soumission.
Son Maître s’engage à ne jamais diffuser d’informations concernant sa soumise sans avoir préalablement obtenu l’accord de M…, son Propriétaire.

G : Il est bien entendu que l’honnêteté et la discrétion sont des éléments essentiels dans une relation D/s. Ce sont eux qui forgent la confiance qui doit s’établir pour qu’elle puisse fonctionner. Devoir tout dévoiler au Maître a une autre vertu : celle de mettre l’âme de la soumise à nu en lui révélant le moindre de ses soucis, de ses ressentis, de tout ce qui peut la préoccuper ou l’interroger. Cela lui permet aussi de confier ses doutes, ses attentes, et donne au Maître les informations nécessaires pour faire évoluer sa soumise. Cette transparence crée un lien unique, mélange de complicité, d’attention, de respect, socle d’une relation forte et durable.

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009